[Back to…] COPENHAGEN: Wrench Monkees & Dead Cat Motorcycle

[ENG below]
Eté 2015. Je rentre tout juste de 6 mois à l’autre bout du monde, pas mal remuée, et purement et simplement éblouie par ces routes néo-zélandaises OUTRAGEUSEMENT sinueuses. Cette bonne grosse dose de verdure pleine de moutons ne m’aura pas laissée indemne. C’est donc dit, j’y retournerai un jour sur 2-roues-seulement. (et peut-être même qu’un jour un article à ce propos, qui sait…)

Summer 2015. I just come back from a 6-month trip half a world away. I’m purely and simply blown away by those OUTRAGEOUSLY winding roads of New-Zealand. A good deal of greens spaces, sheep crowd and fresh air. I decided I’ll come back overseas one day to ride on a 2-wheels-only machine (who knows, maybe one day an article will pop up here about such a thing, let us hold on to that)

Sur le moment, je reviens donc en Europe, des envies plein la tête et rongée par l’envie de plonger la tête la première dans la commu’ motarde des old school bikes et autres customs. Et j’irais même plus loin: je suis bien décidée à ne pas me limiter aux frontières de la patrie. Alors à peine rentrée, me voilà repartie, déboulant comme une fleur au Danemark pour y bosser 6 mois.

But on the moment, I’m now back in Europe. I’ve got dreams all over my head, I want to dive into the vintage bikes and custom building culture. I would go even further: I dare to think I am determined not to stay confined within the French borders.
Then as soon as I got home, here I am gone once again, turning up in Denmark to live up there for the 6 next months.

A ce stade  — novice que je suis — je ne connais pas encore l’existence des Wrench Monkees. Par pur hasard, j’habite à deux pas de leur atelier à Copenhague. J’ose leur écrire, puis me pointe seule à leur porte.
Ce samedi après-midi là, Per Nielsen est seul dans des locaux discrets à peine excentrés de toute l’agitation du centre. Il est tranquille au milieu de toutes ces bécanes silencieuses. Je suis impressionnée: il m’accueille, m’offre un café en tête-à-tête (!), puis m’autorise à le regarder travailler. A ce moment, je comprends que quelque chose se passe. J’ai mis un pied dedans, le potentiel s’ouvre, il y a des choses à faire…

At that time, I’m new, really, in this world; I don’t even know the Wrench Monkees yet. By chance, I live nearby their workshop in Copenhagen. So I drop an email and show up to their door.
That Saturday afternoon, Per Nielsen is all alone in the discrete place, barely far from the city center hustle and bustle. He’s peacefully working of the middle of those old silent motorcycles. I’m impressed: he welcomes me, prepares two coffee cups, takes the time to discuss, then allows me to stay there and watch him work. At this moment, I realize I just got a foothold in there, I understand there are things to do, old girl, the potential is here.

J’ai été agréablement surprise de l’accueil des Wrench, là où certains préparateurs ne m’auraient pas forcément offert ces précieuses minutes de leur temps — ce que je conçois en réalité tout à fait; mais peut-être que si ces gars là n’avaient pas répondu à ce mail, rien n’aurait jamais commencé.
Peu après, je me pointe toute seule avec mon petit sac à dos à ma 1ère Distinguished Gentleman’s Ride à De Fedtede Fingre. C’est un repère de riders aux greasy fingers, où grosse hardrock music et bord de mer gelée m’en mettent plein les yeux.

I have to say I was pleasantly surprised by the Wrench’ welcome, not all the folks would have offered me this precious time – which I totally understand, to be honest – but if those guys would have not answered to my email, perhaps nothing would have ever started this way.
A few weeks after, I turn up just like that all alone with my backpack at my first Distinguished Gentleman’s Ride, at De Fedtede Fingre. It’s a DIY motorcycle garage where loud hardrock music, greasy fingers and freezing seaside live together. I’m starry-eyed.

Sunset vibe from the garage party 8/8

A post shared by De Fedtede Fingre (@fedtedefingre) on

Puis je rencontre Audrey, une étudiante française. Aujourd’hui, en 2017, on ne se souvient même plus de comment l’une et l’autre avons découvert cette attrait certain pour la moto néo-ou-non-vintage. Toujours est-il que du coup, une 2ème visite s’impose chez les Wrench’ pour les lui faire découvrir.
Et c’est là que nous tombons sur ce cher Andreas, adorable personnage qui nous invite d’emblée à venir siffler des Carlsberg dans leur tanière géniale des Dead Cat Motorcycles.

A few weeks after, I meet Audrey, a French student. Today, in 2017, we don’t even remember how we figured out we both had this strange appeal for that vintage bikes culture. The fact remains that a 2nd visit to the Wrench Monkees’ place is a must to make her meet them.
That is where we also end up meeting Andreas, this adorable guy who invites us to take a Carlsberg « like right now, why not? Come! » in their den: here lives the Dead Car Motorcycle crew.

Ô folie: en coulissant la lourde porte en métal, nous voici face à un large entrepôt où gissent des dizaines et des dizaines de bécanes… Des tapis par terre, quelques gars qui bricolent leur meule dans leurs petits coins respectifs. D’autres sont assis autour de l’énorme table en chêne brut. Ça déconne en danois. Ça sent l’essence, le feu de bois, la poussière, le cuir.
Et mince alors. On adore ça.

Wow. Sliding the metal doors, here we face a huge place where lie several dozens of bikes… old colored carpets on the ground, some guys knocking their machine. Others are sitting around an imposing wooden table and kidding loudly (in Danish, let’s not forget this point). I LOVE it.
It smells petrol, wooden fire, dust, leather.
Did I mention I loved it?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s